Veolia s'engage pour le climat

Le climat change…

Les scientifiques du GIEC[1] l’ont démontré, le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent depuis des décennies voire des millénaires. L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, la couverture de neige et de glace a diminué, le niveau des mers s’est élevé et les concentrations de gaz à effet de serre ont augmenté.

L’influence de l’homme sur le dérèglement du système climatique ne fait plus de doute. La responsabilité humaine est forte : nous émettons trop de gaz à effet de serre ! Les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (CO2) ont ainsi augmenté de 40 % depuis l’époque préindustrielle.
Ce dérèglement, dont nous commençons d’ores-et-déjà à ressentir les effets (tempêtes plus fréquentes et plus violentes, vagues de chaleur, variation des précipitations, etc.), aura de graves conséquences sociales, économiques et environnementales. Heureusement, il est encore temps de réagir. Nous pouvons réduire les risques globaux du changement climatique en limitant son rythme et son ampleur. Limiter ce changement, c’est le maintenir au-dessous de 2 °C supplémentaires[2]. Pour cela, il faudrait que les émissions de gaz à effet de serre en 2050 soient inférieures de 40 à 70 % à celles de 2010.
Alors qu’elles sont les solutions ?
 

« Pour contenir le réchauffement climatique à + 2 °C, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devront diminuer de 70 % d’ici 2050 »

 


Veolia contribue à la lutte contre le dérèglement climatique.

Nos propositions pour réduire les émissions globales de gaz à effet de serre (GES) : 3 actions prioritaires

Economie circulaire : cliquez pour agrandir

1.  Changer le modèle d’utilisation des ressources : généraliser l’économie circulaire

Le dérèglement climatique résulte essentiellement d’un modèle de développement fondé sur la consommation linéaire « prélèvement-utilisation-rejet » et toujours croissante des ressources de la planète, en particulier des sources d’énergies fossiles, génératrices de rejets massifs de gaz à effet de serre. Le premier enjeu aujourd’hui est donc de développer un nouveau modèle d’usage des ressources, plus sobre, plus efficace, selon les principes de l'économie circulaire : Veolia entreprise engagée et experte de l’environnement, apporte chaque jour partout dans le monde des solutions concrètes pour une économie plus circulaire. Aujourd’hui, nous récupérons l’eau, les déchets, l’énergie. Ce qui est rejeté par les uns devient une ressource pour d’autres. Grâce à la technologie, à l’éco-conception et à de nouveaux modes de consommation, les matières peuvent toutes avoir plusieurs usages.  Par nos activités, nous contribuons à « ressourcer le monde » en développant l’accès aux ressources essentielles, en les préservant et en les renouvelant.
 

Face au défi de la rareté des ressources naturelles, le développement de l'économie circulaire présente des opportunités de croissance pour la planète.

      

Prix du carbone : cliquez pour agrandir

2. Taxer la pollution : mettre en place le principe de pollueur-payeur

Veolia prend position pour des mesures favorisant le développement à grande échelle d’une économie bas carbone et résiliente par le biais notamment d’un principe de pollueur-payeur, et réciproquement, pour le CO2. C’est-à-dire la fixation et l'application d'un prix robuste et prévisible du carbone, de 30 à 40 euros la tonne.
Un prix robuste et prévisible du carbone est la condition sine qua non pour orienter les investissements vers l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et plus largement pour inciter à l’usage circulaire des ressources comme alternatives aux énergies fossiles.
Ces prises de position ont été concrétisées en septembre 2014 par la signature par le Groupe de deux déclarations internationales sur le prix du Carbone, celle de la Banque mondiale et le Carbon Price communiqué.
 

         

Gaz à effet de serre : cliquez pour agrandir

3. S’attaquer aux GES à courte durée de vie et à fort pouvoir de réchauffement : capter et valoriser le méthane

Veolia a décidé de s’attaquer aux gaz à effet de serre à courte durée de vie et à fort pouvoir de réchauffement et en particulier au méthane. Calculée sur un siècle, sa contribution aux émissions de GES pèse 14 %, mais rapportée aux 20 dernières années, elle atteint 40 % ! Si nous voulons obtenir des résultats rapides dans la réduction des rejets de GES, nous devons également combattre cet autre polluant atmosphérique. Diminuer ses émissions aurait un impact important à court terme et doit être envisagé avec autant de moyens et d’ambition que la question du CO2.
Le Groupe a fait part de sa volonté en ce sens par le biais de l’intervention personnelle d’Antoine Frérot, PDG de Veolia, lors du sommet climat de New York en septembre 2014.

 
[1] Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
[2] Décision prise en 2009 lors du sommet de Copenhague

 
Nos solutions
Sur le modèle de l'économie circulaire, nous utilisons les ressources de manière plus sobre et efficace

Nos engagements pour un développement durable
Nos engagements pour un développement durable.